MC9C Crabe – Indochine – war-models

Voici un diorama sur un M29C « Crabe » de l’armée Française en Indochine, je ruminais régulièrement cette idée, inspiré par des photos d’époque mais ce n’était pas dans mes priorités et j’attendais l’édition du M29C en plastique plus récent que la version de Monogram de 1954. J’ai été poussé par l’organisateur d’un « Montage en commun » sur le forum Warpaint pour reprendre cette idée et pour me procurer la version LZ model en résine qui s’est avéré être la maquette la plus difficile que j’ai eu à réaliser.

Le M29C est la version amphibie de la chenillette pour terrain difficile M29 fabriqué par Studebaker. Appelé « Crabes » par les français qui l’ont récupéré dans des stocks US des Philippines, ce n’est pas un véhicule de combat de première ligne et il est peu blindé. Mais avec un armement plus conséquent (mitrailleuse 30mm, FM Bren ou FM24/29, mortiers ou canon sans recul) et bien utilisé seul ou en combinaison avec l’infanterie portée et des LVT il ferra preuve d’une réelle efficacité au combats en zone maracageuse.

Maquette :

A l’ouverture, j’avoue, j’ai paniqué … « mais nom de Dieux dans quoi je me suis lancé » !!! 53 page de notices, 140 pièces de photo-découpe (mon activité préférée …) et 345 pièces résines en vrac avec plein de carotte !!! Je me suis senti démuni mais en grattant un peu, il s’avère que la notice est certes très chargé, mais très complète et avec des astuces de montage, que les carottes s’enlèvent vraiment facilement et qu’un petit travail de repérage, de tri et de numérotation des pièces permet de relativiser la première impression.

Soyons honnête, c’est un montage viril qui n’est pas pour débutant. C’est technique, il faut de l’expérience et bien analyser et anticiper les étapes et la surenchère de petite pièces finis même par être pénible. L’intérieur, le poste de conduite, les pièces du moteur ou l’échappement sont montées sans mauvaise surprise. Les ajustements sont bons, les jonctions à refaire au putty largement gérable et la photo découpe se travaille bien. Au niveau du cadrant du poste de pilotage, la notice propose un imprimable sur papier transparent. J’ai plutôt opté pour des décalques que j’avais en stock. Sur le cadrant il y a également des gros boutons à coller et je ne trouvais pas les pièces dans le kit, mais après discussion avec le fabriquant, il s’agit simplement de pièces à bricoler en scratch. A noter que le fabriquant est resté très disponible vis-à-vis de mes questions par mail et ça c’est assez cool pour le faire savoir. La grille de moteur demande un peu de réflexion et je trouve qu’elle manque de finesse. Il faut bien mesurer sa taille et ajouter des supports que j’ai fais en grappe de photo-découpe. Le support de pare-brise est entièrement en photodécoupe et est « sympas » à faire … enfin j’me comprends …

L’étape de mise en place des roulements est beaucoup plus délicates, j’ai cassé une pièce de photo-découpe, l’alignement ne se fait pas tout seul, j’ai du raccourcir les supports des roues dentées, et au final mes chenilles sont un peu en biais par rapport au véhicule. Je me suis permis de ne pas installer les pièces A52 car elles étaient vraiment trop petites à manipuler, invisibles et me gênait pour le montage d’autre pièce.

Les chenilles se plient grâce à un gabarit fourni dans la boite, elles se ramollissent très bien avec de l’eau directement sortie de la bouilloire mais leur installation a demandé une soirée entière. La bonne nouvelle c’est que leur longueur coïncide très bien avec le roulement. J’ai coupé certaines dents des roues dentées A42, je n’ai pas collé toutes les pièces du centre de la chenille, j’ai découpé des tronçons individuels de chenilles et j’ai vendu mon âme pour que ça ressemble à un train de roulement. Heureusement pour moi, cette partie sera partiellement dans l’eau …

Les dimensions des flotteurs arrière (B8) et avant (B7) ne sont pas les même que celle de la pièce central du M29 (A1) pour le kit que j’ai reçu. Le flotteur arrière B8 est un peu plus large de 1mm mais ça se corrige facilement avec un ponçage en règle. Le flotteur avant B7 est par contre moins large d’un demi mm. Le fabriquant m’a conseillé de passer le flotteur avant B7 dans l’eau bouillante pour qu’il s’élargisse. C’est une solution partielle, car effectivement ça passe mieux mais ça ne corrige pas tout et je pense qu’il y a un autre défaut d’ajustement entre les pièces B7 et A1 que cette simple question de largeur. J’ai réussit à installer la pièce B7 mais ça a entrainé un décalage de 2mm vers l’avant qui rallonge la maquette et créé un décalage sur l’installation des pièces latérales en photo-découpe N°25.

Le reste des parties propre au M29C (amphibie) est majoritairement à base de photo-découpe c’est plus délicat et fragile et ça fini même par être long et casse couille.

Pour coller à l’histoire, j’ai respecté certaines spécificités des M29C en Indochine :

  • Installation d’une mitrailleuse au centre. Les modèles de support varies, j’ai opté pour celui que je voyais le mieux sur les photos et pour une Browning de ma boite à rabio
  • Présence d’une antenne à l’arrière, supposant la présence d’une radio. J’ai ajouté ces deux éléments à partir de pièce en rabe
  • Présence systématique d’une toiture et de son support que j’ai scratché.
  • L’absence des protections de flanc des chenilles sur 75% des photos d’poque. Ces protection étant en position relevé sur les autres 25% de photo, cela me laisse supposer que ces protections étaient gênantes sur le terrain et que les équipages les ont retirés … ça m’arrange un peu car c’est tout en photo-découpe et c’est toujours ça de moins à faire J
  • Position relevé du renfort à l’avant … un système pour casser les vagues et que qui gênait le conducteur.
  • L’absence de vitres … probablement trop sujet à salissure et que les équipages ont du retirés pour la visibilité du conducteur. Encore une fois ça m’arrange un peu, ça ne semblait pas être la partie la plus facile du montage.

Après une pré-ombrage, j’ai appliqué des voiles olive drab XF62 et XF74 suivi d’un scéance de lavis brossage, d’une dose de pigments et surtout des projections de différentes teintes de boues sur le bas de caisse.

Les marquages m’ont été fourni par Phil.

FIGURINES

Inspiré par les photos d’époque, j’ai utilisé l’équipage allemand en short et torse nue Miniart 35141. Les gugusses paraissent grands par rapport au M29C mais le moulage est très bon même si les plis des habits sont exagérés. Les bras sont modifiés et la jonction des membres bien travaillée car on ne peut pas se permettre de les rater quand c’est la peau sans habit … J’ai gardé les têtes d’origine en changeant les casques et en bricolant des chapeaux de brousse en putty. Les armes et accessoires proviennent de la boite à rabio et le MT49 Heller a été fourni par PéDéGé. La peau est en vallejo base Brown sand 876 ombrée en 928 et éclaircie en basic flesh 815 et light flesh 928, les chapeaux en yellow green 811 et le short en olive grey 888.

DIORAMA

 

Le diorama est très simple, un morceau d’isolant peint en marron et recouvert d’une couche de gel acrylique, une barque en scratch et peins avec une série de jus plus ou moins marron et sombre, des herbes hautes faites à base de truc récupérés à la mer et peintes, des roseaux en photodécoupe papier de chez Model Scene. Un coffrage est mis en place et les jonctions remplis de gel acrylique. Deux couches de résine cristal sont coulées avec 48 h d’intervalle. La première couche peu épaisse sert surtout pour voir si le support réagit avec la résine et s’il y a des fuites. La résine est légèrement teinté avec du XF49 pour rendre un aspect d’eau de marais.

 

MC9C Crabe – Indochine

6 pesnées sur “MC9C Crabe – Indochine

  • 3 janvier 2019 à 13 h 22 min
    Permalien

    Quelle belle maquette!!!
    De belles figurines
    Un superbe diorama
    Et en prime les explications de montage,peinture etc etc…
    Rien que du beau
    Bravo

    Répondre
  • 3 janvier 2019 à 16 h 11 min
    Permalien

    On s’y croirait!!! Il fait chaud et très très humide!!! et c’est le bordel avec les sangsues!!!!
    Des copains à mon père avaient « fait l’indo », comme on disait à l’époque, nostalgie pour beaucoup et grande souffrance d’abandonner ces peuples, qui pour certains, l’Empire Français représentait encore quelque chose de vrai et de sûr…. c’est bien fini tout ça……

    Bravo pour cette évocation de très grande qualité
    salut de la part de Mon Lieut’nant

    Répondre
  • 4 janvier 2019 à 0 h 33 min
    Permalien

    Le travail était énorme, mais je crois que tu peux vraiment être fier du résultat. Je trouve cette vignette criante de vie dans une situation arrêtée.

    Répondre

Répondre à Gilles Graziani Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *