Freedon for Sidi Barrani – war-models

Nous sommes avec les troupes britanniques du général Wavell dans les rue de Siddi Barani en Egypte en décembre 1940 lors de l’opération « Compass ». L’histoire des opérations en Afrique du Nord, trop souvent raccourci aux combats entre les l’Afrika-korps de Rommel et la 8ième armée de Montgomery, à El Alamein ou Tobrouk a pourtant commencé bien avant, entre les italiens du général Graziany qui entre en Egypte dès l’été 1940 et les anglais du général Wavell qui, numériquement inférieur et en difficulté en Europe, tentent de garder leur empire. L’offensive Italienne, prématurée par rapport à leur équipement et leur motorisation restera très prudente et se mettra rapidement sur la défensive autour de Siddi Barani. Les anglais mieux entrainés déclencherons au mois de décembre la contre offensive « Compass », rejetant les italiens jusqu’à El Aghelia en plein cœur de la Lybie et entrainant l’intervention des allemands à partir de février 41.

dio_vue_generalezone_cv33matilda_4hdio_4h

Matilda MkII

Le Matilda est une très vieille référence Tamiya qui accuse un peu son âge mais reste simple à monter. Un set de Photo-découpe Eduard, un canon alu et quelques bricolages en scratch améliorent nettement le niveau de détail.

Premier désarroi quand il faut retrouver les couleurs du camouflage « Caunter » anglais. Les indications de la notice sont fausses et les références de la marque « white ensign model » utilisées pour mon Vickers Mk VI ne sont plus disponibles. Il existe un set Lifecolor mais je n’ai pas envie de retenter une expérience avec cette marque. Ludtz du forum MK m’a indiqué un site anglophone qui propose des mélanges sur base Tamiya que j’ai utilisé :

  • Light Stone, référence British Standard 61 (BS 61) : 7 doses de blanc X2 (je n’avais pas de XF2 mat) + 2 doses d’ocre XF59 + 2 doses de jaune citron XF8 (je n’avais pas de jaune simple XF3 recommandé non plus).
  • Slate (BS.34) : « Dark grey » XF24 et « Yellow green » XF4 en proportion 50/50.
  • Silver grey (BS.28) : 7 doses de XF21 “Sky” + 1 dose de gris (je n’avais pas de Sky grey XF19) et 1 dose de XF4.

Le tout a été passé sur un pré-ombrage noir et atténué par des voiles de couleur « poussière » pour homogénéiser les 3 teintes et donner une première impression de peinture usée et de poussière.

matilda_7h2matilda_4h_-batiment_5hmatilda_10hmatilda_arriere

CV3/33

La tankette italienne des années 30 était déjà obsolète lors de la guerre d’Espagne et n’a pas fait le poids face aux chars anglais de Wavell et ne fera jamais le poids contre quiconque pendant la guerre de toute manière.

Ce kit m’a fait relativiser mon enthousiasme sur BRONCO. Il y a une exagération inutile voir contre-productive du nombre et de la taille des pièces qui rend le montage difficile et le kit fragile. La boîte contient plus de pièce que le Matilda pour un véhicule d’à peine 10cm. L’intérieur et les éléments moteurs sont super détaillés et complets et restent plaisant à monter mais le nombre de pièce est délirant, représentant les 2/3 des pièces du kit alors qu’il est quasi invisible à la fin.

Des pastilles d’injection sont visibles sur le planché mais disparaissent sous d’autres pièces une fois montées. Au moment de fermer la caisse, les éléments du moteurs, montés et peins à part, ne s’inséraient pas et il a fallu en supprimer pour pouvoir fermer le coffre arrière. Au niveau du roulement il faut « recreuser » les encoches d’insertion des roues pour un montage précis et je ne m’en suis rendu compte qu’au dernière boogies.

Par contre et à ma grande satisfaction, les chenilles pas tronçons, que j’ai peins directement sur la grappe, coïncide parfaitement.

Avec le recul, je pense avoir mal appréhendé ce montage. Sa finesse et sa complexité ne pouvait pas être travaillées comme pour des maquettes plus classique. Les notices et kit BRONCO doivent être plus étudiée et les agencements testés d’avantage. J’ai pêché par impatience.

Peinture : n’ayant pas trouvé de camo bien bandant, je suis resté sur du conventionnel en utilisant une teintes différentes du Matilda pour nuancer ses couleurs « jaune sable ». J’ai commencé par une couche deXF60 servant en même temps d’apprêt. J’ai ensuite fait un effet zénithal en blanc qui ne se voit plus, un ombrage en noir, un éclaircicement en XF57 et des tâches en XF65 trop grossières n’arrivant pas à régler mon aéro pour avoir des tâches et des liserèts plus fin.

cv331h_3figcv33_moteur3cv33_batiment_2hcv33_dessuscv33_3fig_vue_dessus

Moto Triumph :

Ici aussi les pièces sont petites mais c’est compréhensif par rapport à la taille et au type de véhicule. Prévenu par le montage de la CV3/33, j’ai abordé le montage plus calmement et plus posément C’est un montage très délicat qui demande de la concentration mais qui m’a procuré beaucoup de satisfaction.

Vu la fragilité du kit, il était impensable d’effectuer des opérations brutales comme le brossage à sec. J’ai donc travaillé principalement à l’aérographe. La couche de base est dans le même light stone que le Matilda. Ensuite j’ai tenté d’appliquer un zénithal et repris certain détail au pinceau avec du blanc pur. Plusieurs voile de la couleur de base diluée à 90% sont ensuite appliqués en essayant de laisser transparaître les éclaircissements et le zénithal.

Tous les véhicules subissent écaillures en Vallejo 822, des jus ocre à l’huile ou en humbrol, des voiles à l’aéro couleur sable et du badigeonnage de pigment pour paraitre sale en poussiéreux.

moto2_cv33Décors

Pour ce diorama « assez grand », j’ai essayé de jouer sur différents niveau pour intégrer équitablement les 3 véhicules et j’ai voulu donner une impression de perspective avec une base en trapèze.

La base est un morceau d’isolant et l’encadrement en balsa très fin vernis. Le sol, réalisé à la colle à carrelage mélangée à des pigments, est saupoudré de sable et de litière pour chat. Le muret est réalisé avec de la litière pour chat. L’ensemble est peint en humbrol 93 + Revel SM307 et les « cailloux » sont repris avec 6 ou 7 références d’orange / jaune / sable d’acrylique vallejo. Des jus terre de sienne, des pigments et des voile XF57 et XF 59 viennent agrémenter tout ça.

Les bâtiments sont en plâtre (placo et moulage) peins dans différentes nuances de jaune-sable et en blanc délavé avec la technique de la laque pour cheveux. L’idée du Moucharabieh m’est venu à Eurodysney ; comme quoi l’inspiration !!! Il est réalisé en carte plastique et balsa et permet de donner du relief à la façade. L’aspect grille est réalisé avec des bandes pour joint de placo et du rabe de filet de grillage des anciennes maquettes (avant la démocratisation de la photodécoupe) et les portes sont en balsa.

Divers éléments de la boîte à rabio viennent compléter le décor pour donner l’impression d’un véhicule abandonné et d’une zone de combat.

vue_plonchantevue_balcon_cv33dio_vue_dessusvue_balcon_matilda2h

Figurines :

J’ouvre ici une parenthèse historique très importante à mon avis car je n’ai pas respecté l’uniformologie de l’époque et du lieu. En effet lors de l’opération Compass, l’équipement des troupes britannique était plus proche de celui des fantassins de 1917 que de celui plus connu de la période d’El Alamein que proposent les fabricants de figurines. Sur les photos d’époque, les anglais étaient très chaudement équipés avec des manteaux, cagoules et bandes molletières que je n’ai pas su représenter, utilisant par facilité les figurines disponibles sur le marché en battle-dress plus classique.

Pour le Matilda, j’ai utilisé des fig en résine de la marque ultracast plutôt bonne à la gravure fine. J’ai gardé le gugusse Bronco pour la moto et j’ai pioché dans les références miniart et MB pour les 2 autres. Mis à part le chef de char, toutes les têtes sont remplacées par des Hornet.

La base des uniformes des tankistes et du tee-shirt de l’officier est en « Iraqi sand » Vallejo 819, pour le fantassin, le short de l’officier et le motard la base est en Khaki 988, le reste est du détail selon les peintures que j’avais sous la main en tenant plus ou moins compte des couleur de l’époque.

motar1matildacrew2matildapilotefantassin1-1

 

Freedon for Sidi Barrani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *