Renault R35 du Lieutenant Boulmer du 1er BCC – foret de Fretoy Le Chateau – 7 juin 1940. – war-models

Nous sommes avec le Lieutenant Boulmer chef de la 4ième section de la 1er compagnie du 1er BCC et son mécanicien Marcel Bonneau dans les bois de «Fretoy-Le Châteu » après les combats du 7 juin à Tirlancourt. Le char « MURAT » a été percé 3 fois, le lieutenant miraculeusement indemne et les rescapés du bataillon se sont mis à l’abri dans les bois.

Je m’intéresse régulièrement au matériel et au combat de l’armée française de 1940 et je lis pas mal pour trouver des idées de mises en scène. C’est le hasard de mes recherches qui m’a fait faire connaissance de Silvère Bastien, historien amateur de cette période et rédacteur d’un ouvrage sur le 1er BCC et pour le remercier de l’aide qu’il m’apporte régulièrement, j’ai voulu lui faire un diorama « illustrant » son ouvrage. C’est donc l’histoire du R35 N° 50576 du lieutenant Boulmer, qui après avoir inspiré Silvère à faire ce livre, nous sert aujourd’hui de base à ce diorama.

Maquettes :

C’est la référence Heller du R-35 qui doit être plus vieille que moi. Elle n’est pas mauvaise, elle reste même honnêtement bonne et sans vice, mais le niveau de détail est « d’époque » et nécessite pas mal d’amélioration que j’ai réalisé à partir de photos d’époque ou d’autre montage disponible sur internet.

  • Les différents supports des outils, de la manivelle et du câble sont refait en plastique et chute de photo-découpe.
  • Sur les roues dentées, les supports des roues et la trappe moteur à l’avant, certain boulons manquant sont refait avec des billes de cartouche filtrante.
  • Un fil de cuivre sert pour faire le câble du phare à l’avant.
  • Les renforts latéraux des gardes boues sont en carte plastique, les boulons tjs en bille de cartouche.
  • Le canon et la mitrailleuse de tourelle sont remplacés par un tube en alu et une aiguille de seringue. Les boulons autour de la mitrailleuse sont également refais ainsi que le trou de visé à gauche du canon, absent du kit.
  • Les axes de rotation du canon sont absents du kit. Ils sont recreusés et des boulons hexagonaux fabriqués à l’emporte pièce sont collés à l’intérieur.
  • La tourelle est recouverte d’une couche de M. Surface 500 pour donner l’aspect de fonderie.
  • Le câble de remorquage est refait en torsadant 3 fils métalliques très fin.
  • Le couvercle des coffres latéraux est la plaque de protection du pot d’échappement sont refait en alu.
  • L’emplacement de la roue de secours à l’arrière est poncé car cette roue va être placé du la queue de franchissement
  • La queue de franchissement, absent du kit Heller, proviennent d’impression 3D de la société shapeway.

Comme nous étions sur une mise en scène avec des tankistes fraichement sorti du char pour constater les dégats et se remettre des combats, il fallait laisser des trappes ouvertes… gros soucis puisque le kit Heller est dépourvu d’intérieur et que j’avais déjà fermé la caisse du char au moment ou nous avons opté pour cette situation. Il a fallu rouvrir les trappes, bricoler un siège à partir de celui d’un char italien L6/40, scratcher des manettes, recycler le tableau de bord d’un M3 Stuart et fabriquer un bloc de transmission à droite du conducteur avec divers pièces de la boîte à rabio, au moins pour donner l’illusion à travers la trappe. Il faut également bricoler le vérin d’ouverture et ajouter du détail à la face intérieur des trappes… tous cela devait être collé à travers la trappe et le trou de la tourelle.

Les chenilles sont remplacées par la référence par maillon N°02061 de trumpeter qui apporte un vrai plus une fois pris le temps de les monter. Elles sont peintes en humbrol 173 « tracks » et se positionnent relativement bien avec un peu de patience et après un rabotage des dents des roues dentées. Elles apportent nettement plus de réaliste.

La queue de franchissement ETS35022 de Shapeway est très bonne et assez fine, c’est un plastique d’impression 3D, c’est un peu spécial au début et parfois la différence entre la pièce et la grappe est franchement énigmatique mais ça m’a semblé un bon produit. L’absence de notice est le point noir !!! j’y suis allé un peu à l’aveugle en découvrant au fur et à mesure comment la monter et le moyen de l’accrocher au char. Cela nécessite d’ailleurs le démontage du crochet de remorquage et du pot d’échappement du char et de couper certaines pièces pour insérer la barre horizontale qui relie le char à la queue. La queue est peinte en XF81. Attention la marque Shapeway n’est que revendeur des référence ETS et ne semble pas avoir d’influence sur le produit et sur la notice, leur organisation m’a semblé compliqué pour trouver une notice, j’ai fait sans.

Peinture :

Après au moins 6 mois d’analyse de photo du char du lieutenant Boulmer, de bidouillages sur photoshop pour identifier les zones et les liserets, de discussions, de comparaisons avec d’autre profil de char du régiment ou de même fabrication, d’étude des nuances de gris sur les photos noir et blanc et d’innombrables propositions de forme et de théories de couleur, nous nous sommes arrêtés sur un camouflage composé de : Marron en XF68, vert foncé en XF81, vert clair en XF17, ocre jaune XF60+XF59 50/50, bleu clair en XF25, gris en XF83 et violet pâle. Les liserêts sont tracés à la main avec un feutre et repris avec du noir vallejo au pinceau dans certains angles.

Les marquages sont des arrangements maison à partir des informations fournis par S. Bastien: l’immatriculation vient du rabe des marquages du Somua de Heller, les trèfles sont des impressions perso sur papier décalque, le nom « murat » est réalisé lettre par lettre avec du rabe de décalque de l’AMD 80 de Des Kit.

Pour usé le char j’ai commencé par des jus ocre, blanc, vert à l’huile et des voiles XF55 à l’aérographe pour essayer de rendre la peinture moins « flashy » surtout pour le rose, le vert clair et le bleu. Après un lavis-brossage en règle, j’ai fais un jus en humbrol 72 que j’ai partiellement essuyé pour reproduire les traces et accumulations de poussière. J’ai badigeonné des pigments pour les roulements en essayant de garder le camouflage visible tout en marquant nettement la boue et la salissure d’un char traversant la forêt et sortant des combats.

Figurines :

Pour le lieutenant André Boulmer, j’ai utilisé une référence Blast-Model, pour le mécanicien Marcel Bonneau, j’ai modifié une figurine miniart pour l’assoir à l’avant du char en train de se remettre de ses émotions.

Pour la peinture et les équipements, Silvère Bastien a été d’une exigence millimétrique, militaire et parfois déroutante … son niveau de connaissance et de précision dans ce domaine a bousculé ma liberté artistique sur le choix des couleurs et surtout mon sens de l’arrangement des teintes en fonction des pots que j’ai en stock mais cela a permis d’approcher au mieux l’histoire. Les visages sont en acrylique fini à l’huile. Les vestes sont leather brown 871 éclaircie en kaki 988 et ombré en noir brilland 861dilué. Les pantalons sont en US field drab 873. Les casques en vert foncé « Brown violet » 887 avec des jus English uniforme 921 pour le tirer vers le kaki, les sangles et le bourrelet en « Brown sand » 876, ombré en « flat brown » 984 et frotté en kaki 988 pour l’usure. Le sac anp du mécanicien en « Yellow green » 881 éclaircie. Les chaussures en « flat brown » 984, ombrées en « leather brown 871 et frotté en kaki 988 pour l’usure.

Décors:

Respectant à la lettre les préconisations de Silvère, la scène se passe dans les bois de Fretoy-Le-Château ou le régiment s’est réfugié pour faire l’état des pertes. Un diorama dans les bois c’est délicat car il faut garder une ambiance boisée à la végétation importante sans pour autant que celle-ci ne cachent ou ne ridiculise le char. Je me suis donc déjà limité à un seul arbre de taille moyenne et une ambiance de fourré dans le fond.

Le sol est en terre mélangé à de la colle à bois incrusté de racine et de « doudou » de bouleau pour les feuilles mortes.

Le tronc de l’arbre est fabriqué avec des branches séchées recouvert de putty gratté à la brosse métalique pour figurer l’écorce. Les branches de l’arbre et les arbustes autour sont en zeechium peint et les feuilles en persil hachées et peintes.

Différents flocage d’herbe ou des assortiments de la marque mininatur viennent compléter la végétation.

Renault R35 du Lieutenant Boulmer du 1er BCC – foret de Fretoy Le Chateau – 7 juin 1940.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *